Amadou Badiane, père de « l’hindouisme sénégalais » n’est plus

Amadou Badiane, père de « l’hindouisme sénégalais » n’est plus

Amadou Badiane

Selon une source proche de la famille, Amadou Badiane s’en est allé des suites d’une maladie. L’homme, qui est décédé, ce samedi après-midi, a été inhumé, le lendemain dimanche, aux cimetières de Pikine.

Le père des « hindouphiles » sénégalais a ancré la civilisation et la culture hindoue dans ce pays, suscitant ainsi une floraison de troupes et de clubs enthousiastes qui ne respirent que pour le pays de Gandhi.

Le Bac en poche, Badiane a servi d’abord sous les drapeaux. Démobilisé, il a fait cap sur l’Inde pour, y apprendre la langue. Tout en se moulant dans la culture. Et chants et danses de ce pays de l’Orient étaient déjà dans les veines du jeune artiste sénégalais.

Occasion aussi pour Amadou Badiane de se frotter et se lier d’amitié avec les acteurs et actrices du cinéma indien de l’époque. Héma Malini, Amine Tabachen, Darmendra, entre, qui étaient aussi les chouchous des « hindouphiles » sénégalais.

L’ex-animateur de l’émission hebdo ‘’Echos d’Orient’’ sur Radio Sénégal, des années 70 et 80, a aussi renforcé les relations entre l’Inde et notre pays. Son émission a, plus tard, fait des émules dans les radios privés avec des cadets considérés comme des « élèves » d’Amadou Badiane. Ce sont notamment Mamadou Kane sur 2stv et Pame à la Rdv.

Un guérisseur très couru

Retiré dans la banlieue dakaroise depuis des décennies, Amadou Badiane n’était pas couru que pour sa promotion de la culture indienne, communément appelée hindou, au Sénégal. Il était également un guérisseur dont les capacités à soigner l’asthme faisaient le tour des chaumières. Beaucoup de personnes parties à sa rencontre pour ce mal n’ont eu de cesse de conter son efficacité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*