Centrale à Charbon: Bargny risque de disparaître

Centrale à Charbon: Bargny risque de disparaître

Medzo

Bargny, la seule collectivité locale situé à 30 km de Dakar vît une contrainte environnementale qui risque de la condamnée à disparaître géographiquement et administrativement.

En effet Bargny vit une incertitude notoire de ces lendemains pour être limitée aux quatre (4) points cardinaux par des installations classées de catégories 1 qualifiée à cet effet de dangereuse et d’insalubre et d’incommode, à l image de la Cimenterie Sococim industrie à l’Ouest de ses carrières, au Nord du projet Plan Sénégal émergent Pôle urbain de Diamniadio.

D’une centrale à charbon de 125 méga watt à l’est d’un futur Port minéralier et vraquier au Sud-Est et un projet de gisement de pétrole baptisé Rufisque offshores profond au large de la côte Bargnoise. Sans oublier la sévérité de l’érosion côtière des environs bien pris en compte par le Plan d action national pour l’adaptation aux conséquences du réchauffement climatique. Cette résolution qui cite la zone de Bargny parmi les plus vulnérables quant à la sévérité des conséquences de ce fléau.

Limite Ouest et Nord

La promiscuité des agglomérations de Bargny à la cimenterie Sococim industrie expose sa paisible communauté léboue aux conséquences d’une part de la convergence des conséquences de toutes les formes de pollution aussi bien environnementales éoliennes que sonores et sismiques et d’autres part de la persistance de cette habituelle spoliation de réserve foncière. Cette pratique qui à présent a sevré le paysan Bargnois de sa pratique de son agriculture vivrière et à demeurer dans une promiscuité urbaine démographiquement très caractéristique de son social living.

Conditions de d’expropriation décriées…

Cette teneur de pollution est naturellement accusée de la fragilité sanitaire de communauté Bargnoise riveraine. À cette position géographique de Bargny vit le sort de devoir abriter le pôle urbain révolutionnairement baptisé de Diamniadio pour être blotti au cœur du bassin agricole des paysans Bargnois et ceux ci dans des formes et conditions de d’expropriation localement décriées .

À l’est, Bargny vit le sort de devoir abriter cette très médiatisée projet de centrale à charbon étatiquement prévue pour combler le déficit énergétique national dans des formes et conditions universellement décriées.

…Autres procédures de vices de forme

En effet les procédures relatives à ce projet demeurent entachées de vices de formes et de fonds qui exhibent révolutionnairement la passivité et la délinquance communément accusable aussi bien de l’Etat du Sénégal, du promoteur et des banques. Pour leurs violations des dispositions dites légales relatives à la protection de l’environnement, notamment à la constitution au code de l’environnement aux sauvegardes sociales et environnementales des banques, bref, aux engagements internationaux. Quand le locataire du Palais se réclame du solaire tout en sachant à Bargny y a une centrale à charbon, nous avons l’impression que Bargny ne fait pas partie du Sénégal. La constitution nous garantit le droit à un environnement sain. Ce périmètre en question de la centrale fait l’objet de 2 lotissements prévu pour habitations afin de reloger les victimes de l’érosion côtière .

Bargny, de l’Est au Sud

À cette occasion les banques à l’image de la bad du fmo de la boad se sont postulées conformément à leurs statuts de banque de développement (IFI) institution financière international, Khelcom ce poumon économique d’où s activent plus d’un millier de mère de famille équilibriste de l’économie locale.

Limite Sud est – À ce niveau Bargny profile d’y abriter un port minéralier et vraquier sans au préalable des études d’impacts mesurées aux spécificités de l’ emplacement.

Limite Sud – Outre la sévérité de l’érosion côtière conséquemment pris en compte par le (Pana) qui a arrêté le débit de la mer à une progression de 3 mètres par année. Le large de la côte Bargnoise profile d’abriter des gisements d’exploitations pétrolières baptisée Rufisque Offshores profond

Les conséquences de l’érosion côtière demeurent à l’horizon de cette promiscuité démographique très caractéristiques naturellement d’un défaut de site d’accueil pour les contraintes de déguerpissement

*Medza Artiste Activiste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*