De nouveaux éléments sur l’état de santé de Hisséne Habrè

De nouveaux éléments sur l’état de santé de Hisséne Habrè

Hisséne Habrè

Des informations distillées par presse avaient fait état de la santé fragile de l’ancien président tchadien, qui avait été condamné aux travaux forcés à perpétuité par la Chambres africaines extraordinaires. L’administration a aussitôt fait un communiqué pour démentir de telles allégations avant de faire savoir que l’ancien homme fort de Ndjaména se porte bien.

Mais, ce n’est pas encore l’épilogue dans ce feuilleton. D’autant que la femme de Habré est montée au créneau pour se prononcer sur l’affaire. Dans un communiqué reçu par emedia.sn, Fatimé Raymonne Habré persiste et signe que son époux est malade.

« L’état de santé du Président Habré est en constante dégradation depuis le début de l’année. Des certificats médicaux ont bien été délivrés pour attester de cette situation. Ces certificats ont bien été remis aux autorités.

En outre, depuis juin 2015, c’est-à-dire depuis plus de 4 ans, aucun médecin de l’administration pénitentiaire ne s’est préoccupé sur son état de santé ni ne lui a rendu visite », a précisé la dame.

Avant d’informer que c’est grâce à l’alerte de la presse que, ce mardi, en début d’après-midi, un Inspecteur et un Médecin se sont rendus à la prison pour une simple visite « à cause des médias » et non pour attester d’un quelconque état de santé. A la suite de quoi, un démenti a été envoyé à la presse.

« Ceci pour dire que l’administration pénitentiaire n’a jamais souhaité gérer la santé du Président, tout simplement, parce que la voyant se dégrader chaque jour, d’une part et d’autre part, faisant le constat qu’il n’y avait aucune écoute, aucune réelle écoute des autorités politiques sur la question de la santé du Président, elle a préféré laisser à la famille : le soin d’agir quand il est malade, de chercher un médecin, de prendre les rendez-vous médicaux, d’acheter les médicaments et de veiller à ce qu’il aille mieux », soutient-elle.

Poursuivant, elle estime que « l’administration pénitentiaire ne peut pas parler de la santé du Président Habré. Elle s’est limitée à le conduire à ses rendez-vous. Cela fait 6 années, que je gère la santé du Président avec les équipes à la direction de la prison du Cap Manuel. Il est évident que cette question sensible et qui dérange tant, ne relève pas de leur compétence exclusive ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*