Présidentielle en Algérie : le principal parti islamiste n’aura pas de candidat

Présidentielle en Algérie : le principal parti islamiste n’aura pas de candidat

Le principal parti islamique en Algérie, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), ne présentera pas de candidat à la présidentielle du 12 décembre, a indiqué dimanche à l’AFP son responsable de la communication.

“Le MSP a décidé de ne pas déposer de candidature à la présidentielle de décembre 2019”, a déclaré Bouabdallah Benadjimia, confirmant des informations de presse.

Cette décision fait suite à une réunion, samedi soir, du conseil consultatif du MSP, qui est également le principal parti d’opposition au Parlement (34 sièges sur 462).

“Les préalables requis, notamment la transparence de l‘élection, la satisfaction des revendications du Hirak (nom du mouvement de contestation qui secoue le pays, NDLR) ne sont pas réunis”, a encore précisé M. Benadjimia.

Après la démission d’Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée, une élection présidentielle avait été fixée au 4 juillet. Mais, rejetée par la rue, elle a dû être annulée faute de candidats. Le pouvoir a désormais fixé une nouvelle date, le 12 décembre, malgré l’opposition persistante de la contestation.

Se définissant comme modéré et se réclamant des Frères musulmans, le MSP a fait partie pendant près de dix ans de la coalition soutenant le président Bouteflika, avant de rompre en 2012.

D’après l’agence officielle APS, plus de 80 formulaires de candidature pour l‘élection présidentielle du 12 décembre ont été retirés à ce jour.

Parmi eux, deux anciens Premiers ministres ayant servi sous M. Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis, qui ont annoncé jeudi leur candidature.

AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*