Ziguinchor: Retour des ténèbres

A Ziguinchor depuis plus de 72 heures les populations sont dans l’atrocité. En cette période de chaleur suffocante qui déchire la ville (41 et 43°), les populations souffrent le martyr.  D’ici les prochaines factures qui vont tomber, elles (les populations) risquent de payer l’obscurité et non la lumière. Ce lundi 1er juillet 2019, le courant a été quatre fois coupé. Des coupures qui ont duré plus de deux heures de temps obligeant du coup aux férus du ballon rond à ne pas suivre correctement les rencontres de la coupe d’Afrique des Nations de football, Caire 2019. «Nous n’avons pas, ma famille et moi, suivi le match du Sénégal contre le Kenya à cause de ces coupures d’électricité. C’est à la limite une honte pour un pays qui dit vouloir offrir de l’électricité à la Guinée-Bissau alors qu’il ne peut même pas servir ses populations », dénonce le père de famille, Pape Boubacar Badji.

Des «blessures» intempestives d’électricité qui ont fini de plonger les populations dans l’indignation et la désolation totale. «Nous n’excluons dans les prochains jours, de descendre dans les rues de Ziguinchor pour, à travers des concerts de casseroles, dénoncer la Sénélec», alerte Pape Boubacar Fall, un habitant du quartier de Lyndiane. «L’objectif de ce concert de casseroles sera principalement de désavouer la société nationale d’électricité. Il trouve bien sa justification dans ces coupures de courant  qui commencent à perdurer », ajoute à son tour l’étudiante en 3ème année à l’Université Assane Seck de Ziguinchor, Ndéye R. Mbaye. 

Replongées dans le calvaire de ces coupures intempestives d’électricité, les populations ne trouvent aucune explication valable par rapport à cette situation qui a fini de les plonger dans les noirs. «Nos matériels électroménagers sont tombés en pannes, nos produits ou denrées alimentaires ne cessent de pourrir par quantités impressionnantes et nous mangeons le soir sous le feu des bougies, à savoir dans l’obscurité », se désole Jean Marc Diatta. Du côté de la Sénélec, on parle de défaillances techniques, «des équipes sont sur le terrain et elles y travaillent pour une meilleure fourniture rapide de l’électricité à nos populations», nous-a-t-on confié. Dépitées par cette situation et en attendant le retour à la normale du jus, les populations devront mettre en mal leur patience et supporter leur calvaire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*